Le Challenge Concord eu lieu les 8 et 9 septembre dans le Tarn, près de Nages. 5 binômes Sniper/Sniper ou Sniper/Spotter ont parcouru les Bois de Concord dans une course d’orientation effrénée.
Julie, sniper en binôme avec Fred nous relate cette OP.

Challenge Concord 2012 : Feedback de Julie


Vendredi 7 juin, nous prenons la route avec Fred pour nous rendre à Nages où nous retrouverons Alumyx et Gary de l’association Montpellier 2 Airsoft, les organisateurs du Challenge Concord. C’est ma première OP, l’adrénaline est au rendez-vous.
Après avoir traversé la France, nous arrivons vers 22h00 dans la maison où nous avons été conviés par Alumyx pour y passer la nuit avant le « grand jour »,Denis nous accordant un confort supérieur en compensation du trajet effectué pour descendre dans le Sud, délicate attention.
La rencontre avec les participants présents faite, nous passons à table dans la bonne humeur.
Tout le monde me met très vite à l’aise et je ne me sens pas comme une intruse au milieu de tous ces « hommes des bois« . J’apprécie la rencontre à sa juste valeur. Je sais que je suis la seule représentante de la gente féminine et je compte bien être à la hauteur.
Nous allons nous coucher vers 1h30, lever 7h le lendemain matin. Une fois le petit déjeuner pris, nous suivons les organisateurs en voiture jusqu’au point de départ du Challenge. Les autres binômes nous rejoignent sur place. C’est le moment des derniers réglages et des derniers préparatifs. Fins prêts, nous partons à pied au camp orga.
Le coin est magnifique et cela nous promet de beaux panoramas. Le soleil est au rendez-vous.

Un rappel des règles effectué et les répliques sont passées au chrony. Chaque binôme se partagent 60 billes à répartir comme il le souhaite (Bolt, PA, GBBr… ). Chaque équipe tire au sort un camp parmi les 7 qui sont répartis sur le terrain. Le but du jeu sera de justifier de notre passage dans chaque camp à l’aide d’un poinçon. Fred et moi seront Alpha. Nous partons rejoindre notre camp. Nous le trouvons en 1/2heure, sans trop de mal.

 

Nous vidons les sacs sur place.. (toile, bâche, duvet, nourriture..), nous partirons light. Juste l’eau, l’orientation et les répliques.
Nous nous restaurons puis, sans attendre, nous décidons de descendre au campGolf.

Les camps formant un cercle sur le terrain, nous avons le choix de les visiter dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans l’autre sens. Un choix hasardeux qui sera malheureux quand par la suite nous nous retrouverons à montrer le pic de Concord par la face abrupte (je reviendrais sur cette péripétie plus tard… ).
Je passe devant, en charge de la navigation, boussole et carte en main ! Nous commençons à descendre en toute discrétion et plusieurs centaines de mètres plus tard, à proximité de GolfFred passe en tête. Soudain, il me fait signe qu’il a vu quelqu’un en contre-bas. Il chambre une bille et engage une cible … mais la rate.
Nos cibles, Van et Nuage ont compris qu’ils se faisaient tirer dessus et, fâchés d’avoir été coupé dans leur repas, répliquent. Le bolt de Nuage est un exemple de silence et d’efficacité mais sa position en contre-bas l’empêche d’avoir une ligne de tir « à couvert ». Van de son coté s’occupe de Fred et lâche quelques billes qui ratent leur cible.
Fred me fait signe de contourner par la droite. Je tente un contournement et une approche discrète mais je me fais repérer. Il y’a beaucoup d’obstacles et il est difficile de trouver un couloir correct pour permettre aux deux billes que je tire d’atteindre leur cible.
Après une escarmouche de 45 minutesFred atteint finalement Van d’une bille dans la visière de la casquette. Malheureusement, à cause d’une règle mal comprise, le duel entre nos 2 binômes s’arrêtent là. Fred, pensant que le spotter ne peut riposter la 1ere minute, bondit comme un ours et cours récupérer le jeton de Van, preuve de son tir réussi. Mais il se trompe et Nuage lui met une bille au milieu de sa course folle. Après vérifications auprès des orgas, tout rentre dans l’ordre. Une explication dans la politesse et le respect nous font tomber d’accord. un bon moment d’échange passé avec ce binôme.
Nous ne recroiserons plus de concurrents jusqu’à la fin.
Direction Foxtrot que nous trouvons sans mal. Peu avant, lors d’une pause où nous étions silencieux, assis, des bruits de pas à 5 mètres derrière nous. Nous tournons la tête pour voir passer tranquillement une biche qui apparemment ne nous avait pas vu. Jusqu’à arriver à notre hauteur, elle fit une pause puis partie en trombe.
Puis direction Echo, c’est Fred qui revient victorieux de la quête après une bonne heure de vive recherche. Elle était bien planquée celle-là !

 

S’en suit la montée du Pic de Concord pour rejoindre Delta. L’ascension est ardue, un peu d’escalade par endroit se voit nécessaire. Mon corps et mon cardio me disent que nous aurions dû faire le tour dans l’autre sens !

Une bonne entraide au sein du binôme permet d’atteindre le sommet et sa croix plantée de travers.

Petit repos sous la croix, nous repérons la balise Delta.

Nous savons qu’il y’a des pièges à cet emplacement et nous décidons de progresser prudemment. Clin d’œil à Renan: malheureusement, c’est moi qui m’approche du camp et de la balise, donc l’un des deux pièges « classé X » tombe à l’eau.
Du haut du Pic, la vue est sublime.

Notre feuille poinçonnée, nous entamons notre descente du Pic direction la maudite balise Charlie.
La fatigue se fait sentir. Nous décidons de nous arrêter en amont du campCharlie afin de nous alléger pour rejoindre notre prochain point. Fred décide de descendre la chercher seul, son Desert Warrior à la main. Il remonte au bout d’un petit moment, désabusé et franchement déprimé de n’avoir trouvé la balise. Les rayons du soleil commencent à faiblir, nous devons absolument boucler le tour avant la nuit. Il reste 2 balises, Bravo et cette maudite Charlie.

Je suis aussi très fatiguée, mais je me dois de redescendre pour trouver cette balise et redonner courage à mon binôme. Je continue à m’enfoncer dans la forêt sombre, en contre-bas. Tout à coup, j’entends des bruits de pas. Quelqu’un court. Puis, plus de bruit. Je remonte à toute vitesse chercher mon PA, de quoi protéger mes arrières et je redescends vers la forêt.
J’avance prudemment et trouve enfin la balise Charlie. Il n’y a apparemment personne aux alentours.
Je rejoins Fred, contente d’avoir fait mes preuves sur cette action.
Le courage est revenu. La dernière balise Bravo est trouvée sans difficultés. La boucle est bouclée, toutes les balises trouvées ! Nous rejoignons le camp orga par le chemin, la furtivité mise entre parenthèses pour les derniers mètres.

 

Il est 21h30, cela fait environ 9h que nous marchons.
Au camp orga, nous sommes accueillis par Gary et Sebastos, blessé au genou. Nous sommes pressés de regagner Alpha avant la nuit, afin de manger et de nous reposer de cette dure journée. Nous avons boucler le tour en 4eme position, mais nous avons été au bout de ce périple et je me sens fier de nous.
Nous n’arrivons pas sans mal à rejoindre notre camp, la nuit est tombée et les bois sont très sombres.
Nous apercevons les rochers du camp Alpha au travers du rayon de la lampe frontale.
Soulagés, nous improvisons une tente sur une épaisse couche de feuilles mortes qui nous fera un confortable matelas pour la nuit.
Après avoir échangé quelques mots sur la journée, Cyalume allumé, nous ne tardons pas à nous endormir.
Fred sombre dans un profond sommeil. Ce n’est pas mon cas. Je ressens des nausées. Je me réveille malade.
Il est 8h30. Je n’ai pas beaucoup dormi, mes forces de la veille m’ont abandonnée. Nous décidons de plier le campement. Vers 10h30, nous rejoignons le camp orga.
Il est 11h quand nous apercevons SebastosGary et les autres concurrents. On commence à échanger nos souvenirs de la veille.
12h, tout le monde est là et nous rejoignons les voitures.

S’en suivra un bon barbecue conviviale sur thème de saucisses (moult fois primées), jambon sec délicieux (Merci à Nuage pour la dégustation !). Une visite de l’adjoint au Maire qui a, entre autres, permit ça. Nous le remercions tous chaleureusement. Ce bon repas me redonne des forces, j’ai juste été victime d’hypoglycémie..

Pour conclure, j’ai passé un agréable moment, avec des gens très sympas et sans a priori (et que ça fait toujours plaisir de revoir !! – signé Fred). Le terrain était superbe, on regrette de ne pas avoir fait plus de photos.
Le fait de pouvoir déposer le gros de l’emport à un camp de base est un grand bon point pour le confort de jeu.
On se donne rendez-vous pour le Challenge 2013 !

– Julie –

Share →

2 Responses to Challenge Concord 2012 : Feedback de Julie

  1. Alumyx dit :

    Merci Julie pour ce superbe Feedback ! Rien de plus motivant pour envisager le challenge Concord 2013 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *